BLANCHE DUPONT

 

Bien le bonjour !

Je me présente moi c'est Blanche mais tout le monde me surnomme "la Maginette" ou "Mamz'elle Blanche".
J'habite dans le fin fond des Ardennes, dans un petit village avec toute ma famille. J'ai un frère qu'est parti au 91e Régiment d’Infanterie de Mézière, mais ma famille et moi avons rarement des nouvelles, seulement pour les grandes occasions...
Il s'appelle Paul Rémy, il est sept ans plus vieux que moi.
Alors comme on s’inquiétaient, je suis partis à sa recherche, et une fois je l'ai retrouvé !
Il était près de Villy, depuis j'essaye de le suivre, une fois il va en Lorraine, une fois il retourne dans les Ardennes.
Quand on va en Lorraine, je m'inquiète beaucoup parce qu'on est quand même près de la ligne allemande...
En plus les gars de son régiment m'aiment bien, un peu trop parfois ! Mais maintenant qu'ils ont compris qu'on ne touche pas à la petite sœur du caporal, ils me surveillent et me protège.
Enfin voila j'ai pas grand chose à dire sur moi, m'enfin au moins maintenant vous pourrez plus dire que vous me connaissez pas !

À une prochaine sur les route !


MARIUS BOYER

 

Eh Garry!
J'me présente, moi c'est Marius, Marius Boyer. J'arrive tout droit de ma belle Provence natale, mon petit vignoble, les journées au cabanon entre collègues, ça me manque déjà ! Et j'aurais pas quitté tout ça si les boches étaient pas si revanchards. Font caguer les fritz ! Mais bon comme mon paternel à Verdun je viens leurs montrer de quel bois on s'chauffe nous les Provençaux. Pour ma belle France je rechigne pas à la tâche ! Mon père m'a toujours dit "le sang c'est la sueur des hommes" alors j'm'en vais suer avec les copains pour rentrer ensemble ! Mais peuchère je pense à ma femme et à ma mère qui s'occupe des vignes toutes seules... M'enfin je vais au 91e régiment d'infanterie, c'est là qu'on m'envoie mais j'sais pas où qu'c'est moi ça, Les Ardennes. Oh fan quelle idée de m'envoyer si loin dans nord. Moi, passé Avignon, j'suis perdu mon pauvre... Sont bien différends les noms des bleds par chez vous et vous manque le cagnard aussi, vous êtes blancs comme du linge neuf ici !
Aller je te laisse faut que je trouve Ma.. Mé... Oh con je vais pas y arriver. Mézières


BAUDOUIN D'AUTRY DE LANDREVILLE


La France, monsieur !
Voilà bien une chose qui mérite que l’on verse son sang pour elle! Et à ce sujet, les d’Autry de Landreville n’ont pas à rougir ! Mes ancêtres ont toujours su accomplir leur devoir. Un ancêtre tombé en Russie avec la Grande Armée, un grand-père blessé à Sébastopol et à Metz. Quant à mon père, il est tombé au champ d’honneur dans l’Argonne en 1918.

Je n’ai guère de souvenirs de lui, j’étais trop jeune. Ma mère ne s’en est jamais vraiment remise, elle m’en veut, je pense, d’avoir devancé l'appel, mais tudieu, j’ai un héritage à honorer !

Alors oui, je n’ai pas fait carrière, mais je remplis mes devoirs. Il faut dire que j’ai des terres et une usine à Grandpré à faire tourner. Vous savez comment sont les ouvriers si on les laisse sans surveillance !
Remarquez, j’en ai quelques-uns dans ma section. Pas de mauvais bougres dans l’ensemble, des soldats obéissants et patriotes. Je ne dis pas qu’ils ne préféreraient pas être près de leur petite femme, mais ils ont le cœur bien accroché et je n’ai trop à me plaindre de leur comportement. Avec des gars pareils, la troisième section va montrer aux casques à pointe que les poilus sont encore vigoureux au 91e d’Infanterie.

On va leur en faire voir, aux envahisseurs germains. Il ne sera pas dit que Baudouin d'Autry de Landreville n'aura pas payé de sa personne pour la Patrie!


ANDRE DUPERON 

Salut p'tiot.
T'es nouveau ici? D'accord, bienvenue dans ce cas. Enfin, je te dis ça, ce sera à toi de voir hein, si tu supportes l'ambiance en tout cas.

Comment je m'appelle? André, André Duperon, L'Dé pour les intimes. Ca commence à faire un bail que je roule ma bosse p'tiot. J'ai fais mon service en 31, encore bercé par les exploits de nos anciens. Vu que j'ai aimé, je suis resté et j'ai décidé de faire carrière. Ouais bon, c'est vrai que le respect du règlement parfois j'oublie un peu, du coup je prends pas les grades très vite. Tu sais p'tiot, je suis simple fils d'ouvrier, donc mon sort me convient. J'espère juste que les teutons vont encore rentrer dans les jupons de leurs mères la queue entre les jambes. Avant noël tient, ça serait parfait pour revoir ma douce et mon marmot. Fin voilà p'tiot, on sera amenés à se revoir, et sourit, c'pas si terrible l'armée.

Ouais je viens de loin, du médoc, là où il y a du bon vin et le soleil. Je voulais être au plus prêt pour défendre la patrie.

Aller P'tiot, on m'appelle, encore un bec à foin qui a dû paumer une pièce de son arme.


BAPTISTE DUPERON

 

Salut, je m'appelle Baptiste Duperon.
Ouais je sais, je tombe dans le même régiment que mon frère André. Chance vous dîtes ? On verra bien. Je me destine à être garagiste une fois mon service terminé.

L'armée, ça va 5 minutes, mais là le garage est aux mains de l'ancien. Il connaît son affaire, mais il commence à marquer le pas. Il a fait la Der' l'ancien, dans l'artillerie, du coup il est sourd comme un pot, ou alors il fait exprès.

M'enfin, avec mes connaissances en mécanique et en arrivant dans un régiment motorisé, j'espère passer mécanicien. Là les véhicules vont rouler, je vous le dis. Tout' cas, un véhicule, c'est pas compliqué, tant que ça de la bonne essence à boire, ça roule. Il y a qu'à voir les Croisières Noires en Afrique avec les semi-chenillés de chez Citroën, un exploit ! C'est sûrement l'avenir pour l'armée.

Aller je discute voiture et je vois plus le temps passer. On m'attend, peut-être le Graal ?

Au moins conducteur ? C'est sympa d'espérer pour moi !

Allez, salut l'ami.


PAUL REMY DUPONT 

Moi c’est Paul-Rémy Dupont, enfin tout le monde m’appelle Paul.
Dupont, vous trouvez que ça fait bien français, et pourtant, il parait que j’ai des origines, lointaines, allemandes ! En même temps avec un grand père alsacien, pas étonnant qu’il y ait du mélange !

Du coup je sais ce que ça veut dire l’Alsace Française ! Enfin je ne leur en veux pas aux Allemands, ça doit être de pauvres bougres comme nous, comme en 14. Figurez-vous que mon grand-oncle a combattu au sein de la Ersatzreserve, en 17, dans les Ardennes à 50km de là où je suis né !

Enfin, ce n’est pas pour autant que je ne fais pas mon devoir, si on touche à la paix qui s’est gagnée avec tant de morts, je répondrais coup pour coup. Je suis actuellement caporal, matricule 8474 dans la section du sous-lieutenant d’Autry de Landreville, dans la 1e Cie du 91e RI.  J’espère que cette fois ça sera comme en 38 : un coup pour rien et qu’on rentrera vite fait chez nous !

Bah oui parce que j’ai une ferme à faire tourner  !

Allez, j’y vais, on sonne la soupe, s’agit pas d’arriver en retard !


BEN DUTEL

 

Ben Dutel tel est mon nom ! Fils d'immigrés anglais je possède quand même la nationalité française. Ce qui m'a valu d'être mobilisé dans cette "Drôle de Guerre" ... Et j'y suis allé avec plaisir, si c'est pour donner une nouvelle raclée aux allemands.

J'aurai voulu être pilote, voler,  mais ma vue m'a contraint a l’infanterie. Alors me voilà au 91e RI ... C'est pas aussi aérien, mais bon on y sert le pays quand même !

Mon père tient une casse qu'il tient de son père, du coup, il voulait que je reprenne le commerce mais j'ai préféré tracer mon chemin ! Tu parles d'un chemin, me voilà en uniforme ... J'espère que papa et maman se débrouille sans moi ...

Moi, eh bien ça va, je me fais quelques amis et pour garder le moral j'ai mes passions : le dessin et la photographie ! Ça, c'est mon truc, je m'évade et je passe le temps.

Bon maintenant arrête de bouger que je termine ton portrait !


HUGUES LAURENCEAU 

Eh grand! Ouais toi. Tu sais toi où que c'est le quai 4?
En v'là une bon dieu de chienlit! Tous ces gars de partout... D'où qu'tu viens toi? Melun? Foutre au cul, jamais entendu parler...
Moi je suis d'Esternay, enfin de pas loin d'Esternay quoi... Je travaille à la ferme avec le père. Les champs, les moissons, les vaches, tout ça... Le mieux par chez moi c'est les bals. Toute l'année on attends ça, surtout après les moissons. Ma mère me racontait que dans son enfance c'était la même chose quand les hommes rentraient de la saison de pêche. C'est qu'elle est de Bretagne, tu vois.
Toute sa famille a fuit la misère avant la Grand'Guerre pour venir dans la Marne s'jeter dans une chienlit pire encore. Mais comme elle dit, une fois tombé à l'eau, il te reste plus qu'à nager.

T'as pas à boire à tout hasard? J'ai la dalle sèche avec toute cette fumée de charbon. Au fait moi c'est Hugues. Hugues Laurenceau. Merci mon gars. A la bonne tienne grand!
Tu sais où qu'tu vas toi? On nous a rien dit à Sézanne, à part viens ici, range toi là, vas là-bas, attends... Culbieu! Attendre! On fait que ça d'attendre!

Aaah chierie de chierie! J'ai failli m'empierger avec toutes ces affaires qui traînent! Quoi!? Bah oui j'ai marché dessus p'tit gars! Tu préfères que je te marche sur la glotte? J'vais t'faire sauter toutes tes jolies rattiches le joli bourgeois! Ouais t'as raison! Fuis tant que tu peux marcher !
Tu vois l'grand... Toujours la même chose avec ces citadins. Tous plus cons les uns que les autres! Ces gros messieurs se font des histoires de politique et c'est nous qu'ont envoie sur la tranchée régler tout ça... Et les moissons? Qui qui va aider l'père à les rentrer mes moissons? Tu peux m'dire toi? Ça ils y...

"Dernier appel pour Mézières! Attention! Quai numéro 4! Dernier appel pour Mézières! Départ quai 4! Tous les hommes à bord!"

Et merde... C'est le mien! Faut que je te laisse grand. Bonne chance. Et te fais pas avoir par les boches! Gare à tes oreilles quand les pruneaux siffleront si tu veux mon avis... Allez, salut l'grand!


LUCIEN SAUVAGE

Cher parents, J'ai été Incorporé dans le 91eme régiment d'infanterie à Mézières, cela m'étonne car le fils du boulanger a quand à lui été Incorporé au 147eme régiment de forteresse basé à Sedan, plus proche de notre jolie ville de Donchery et il est dans le village en garnison lui... Comme quoi l'administration c'est bizarre comme animal

J'espère que je ne manque pas trop à papa pour l'aider à la boucherie. Les journées sont monotones ici exercices et corvées à longueur de journée, la pêche du dilanche avec les copains me manque un peu... mais bon ça sera pour après cette guerre, sales boches ça ne leur a pas suffit de perdre une fois, ces gens ne sont vraiments pas comme nous !

 

Je vous laisse pour aujourd'hui le caporal nous appel

Je vous embrasse

 

Votre Lucien